Perpétuités : le temps infini des longues peines par Anne-Marie Marchetti

Perpétuités : le temps infini des longues peines

Titre de livre: Perpétuités : le temps infini des longues peines

Éditeur: Plon

ISBN: 2259193390

Auteur: Anne-Marie Marchetti


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Anne-Marie Marchetti avec Perpétuités : le temps infini des longues peines

Quelque chose de plus fort qu'elle pousse Anne-Marie Marchetti à aller à la rencontre des prisonniers, à écouter les mots de leur souffrance et à témoigner de leurs conditions de vie et de leurs solitudes. Ancienne prof de lettres classiques, Anne-marie Marchetti a cru suffoquer. Il lui fallait de l'air, elle voulait aller "là où battait le cœur même de la vie". Paradoxalement, c'est en commençant à s'intéresser du point de vue sociologique au monde de la prison qu'elle a trouvé une bouffée d'air et un sens à l'étude. Pour elle, la prison, et plus précisément le cas des condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, devient le laboratoire d'observation vivant du Mal, de la justice humaine, du temps et de l'idéal de liberté. À force de recueillir les paroles de vingt-sept détenus qui ont voulu collaborer à l'ouvrage, à force de gagner quotidiennement leur confiance, l'auteur réussit à nous faire entendre la vraie parole des détenus, qui ne se résume pas à la colère ou à l'abnégation telles qu'on nous les présente schématiquement. Ils disent avec justesse la difficulté de l'emprisonnement, l'expérience d'un moi dégradé, l'automutilation et l'effort pour réussir à se structurer, à recomposer leur corps, et enfin à positionner un rapport de vie face au temps infini de la longue peine. Le livre d'Anne-Marie Marchetti est un document irremplaçable sur la vie de ces détenus, qui sait écouter patiemment et non juger hâtivement. --Denis Gombert

Livres connexes

Quelque chose de plus fort qu'elle pousse Anne-Marie Marchetti à aller à la rencontre des prisonniers, à écouter les mots de leur souffrance et à témoigner de leurs conditions de vie et de leurs solitudes. Ancienne prof de lettres classiques, Anne-marie Marchetti a cru suffoquer. Il lui fallait de l'air, elle voulait aller "là où battait le cœur même de la vie". Paradoxalement, c'est en commençant à s'intéresser du point de vue sociologique au monde de la prison qu'elle a trouvé une bouffée d'air et un sens à l'étude. Pour elle, la prison, et plus précisément le cas des condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, devient le laboratoire d'observation vivant du Mal, de la justice humaine, du temps et de l'idéal de liberté. À force de recueillir les paroles de vingt-sept détenus qui ont voulu collaborer à l'ouvrage, à force de gagner quotidiennement leur confiance, l'auteur réussit à nous faire entendre la vraie parole des détenus, qui ne se résume pas à la colère ou à l'abnégation telles qu'on nous les présente schématiquement. Ils disent avec justesse la difficulté de l'emprisonnement, l'expérience d'un moi dégradé, l'automutilation et l'effort pour réussir à se structurer, à recomposer leur corps, et enfin à positionner un rapport de vie face au temps infini de la longue peine. Le livre d'Anne-Marie Marchetti est un document irremplaçable sur la vie de ces détenus, qui sait écouter patiemment et non juger hâtivement. --Denis GombertQuelque chose de plus fort qu'elle pousse Anne-Marie Marchetti à aller à la rencontre des prisonniers, à écouter les mots de leur souffrance et à témoigner de leurs conditions de vie et de leurs solitudes. Ancienne prof de lettres classiques, Anne-marie Marchetti a cru suffoquer. Il lui fallait de l'air, elle voulait aller "là où battait le cœur même de la vie". Paradoxalement, c'est en commençant à s'intéresser du point de vue sociologique au monde de la prison qu'elle a trouvé une bouffée d'air et un sens à l'étude. Pour elle, la prison, et plus précisément le cas des condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité, devient le laboratoire d'observation vivant du Mal, de la justice humaine, du temps et de l'idéal de liberté. À force de recueillir les paroles de vingt-sept détenus qui ont voulu collaborer à l'ouvrage, à force de gagner quotidiennement leur confiance, l'auteur réussit à nous faire entendre la vraie parole des détenus, qui ne se résume pas à la colère ou à l'abnégation telles qu'on nous les présente schématiquement. Ils disent avec justesse la difficulté de l'emprisonnement, l'expérience d'un moi dégradé, l'automutilation et l'effort pour réussir à se structurer, à recomposer leur corps, et enfin à positionner un rapport de vie face au temps infini de la longue peine. Le livre d'Anne-Marie Marchetti est un document irremplaçable sur la vie de ces détenus, qui sait écouter patiemment et non juger hâtivement. --Denis Gombert